Ce type de photo nécessite :

1 – Un matériel spécifique

a – Appareil photo numérique (APN) :
En ce qui me concerne, j’utilise un Pentax KP, à la sensibilité ISO de 819200
Nb : Même si je doute fort de ne jamais atteindre ce chiffre un jour…
Équipé d’un objectif Pentax Fish-eye (10-17mm) et d’un déclencheur filaire.
J’ai créé 2 programmes Users spécifiques pour la photo immobilière (en Raw + HDR 3 vues).

b – Flash et contrôle de flash :
– Deux flashs : Yongnuo YN-560 IV flash Speedlite, montés sur pieds
– Une unité de commande : Unité de contrôle et déclencheur de flash sans fil YN560 TX 

c – Un pied et une tête spécifiques
– Pied : Benro Mach3
– Tête : Manfrotto 303SPH

2 – Un type de prise de vue bien précis
En matière de photos immobilière, c’est la patience, la précision qui l’emportent.
Les réglages de lumière doivent être précis, car n’oublions pas, qu’en intérieur la luminosité est souvent faible et mérite correction. Il faut donc déporter les faisceaux issus des flashes, jouer avec leur intensité, etc.
Une bonne connaissances du matériel Yongnuo s’impose…

3 – Des retouches post-shooting
Si le shooting peut parfois être « physique », le post-shooting, est long et fastidieux.
Il fait appel à la sensibilité et au savoir-faire de graphiste.

Le résultat du shoot de base pourrait même faire peur lorsque l’on débute dans cette activité.
On y voit des erreurs de parallaxe (verticales courbées), des lumières non évocatrices, etc.

Il faut donc (grâce au format de shooting Raw) :
a – Corriger la photo de shoot avec DXO Photolab, qui prend en charge les différents objectifs.
b – Passer le résultat sous Lightroom pour corriger une deuxième fois les erreurs parallaxe et les réglages de base (luminosité, teinte, etc.).
c – Passer le tout sous Photoshop, pour recadrer, encore retoucher les réglages de base, et voire, retoucher certains défauts à corriger.

pentax-smc-da-10-17mm
yongnuo-yn560-tx--IV-2-4g-contr-leur-de-d-clenchement
Exemple 1 :
1) Shoot de base (ouh là là, pas de panique)
2) passage sous DXO Photolab (réglages des erreurs parallaxes de l’objectif Fish-eye)
3) passage sous Lightroom (second réglage des erreurs de parallaxe, et modifs des réglages de base : lumière, intensité, colorimétrie, etc.)
4) passage sous Photoshop, où on enlève l’appareil photo et le visage qui se reflètent dans les miroirs (ultimes réglages, modif de la taille de l’image)
Exemple 2 :
1) Shoot de base (ouh là là, pas de panique)
2) passage sous DXO Photolab (réglages des erreurs parallaxes de l’objectif Fish-eye)
3) passage sous Lightroom (second réglage des erreurs de parallaxe, et modifs des réglages de base : lumière, intensité, colorimétrie, etc.)
4) passage sous Photoshop (ultimes réglages, modif de la taille de l’image)